Forum Cheval
Hey ! Tu es un(e) passionné(e) des chevaux ? Rejoins la communauté du forum cheval et viens partager avec nous ton amour des chevaux Very Happy

Mais avant de poster un message, il faudra te présenter dans la rubrique "Présentation - cavaliers, cavalières", pour que nous puissions t'accueillir comme il se doit ! ;-)

Merci par avance et à très bientôt j'espère.



 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sellerie MegaHorse

Partagez | 
 

 Harcèlement scolaire, et si on en parlait?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Breizhan
Petit Poulain
Petit Poulain
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/07/2012
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 15:51

La stratégie de Manon me semble hélàs la bonne.

Répliquer à chaque brimade pour montrer aux agresseurs qu'on ne se laisse pas faire, et que ce n'est pas avec nous qu'ils pourront se défouler.

Il faut avoir néanmoins le courage dès le départ de mettre les choses au point, mais ce n'est pas facile, une fois que l'engrenage est enclanché, c'est une descente en cascade après.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanna_Bevort
Cheval de compétition
avatar

Messages : 3062
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 16
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 18:17

Breizhan a écrit:
La stratégie de Manon me semble hélàs la bonne.

Répliquer à chaque brimade pour montrer aux agresseurs qu'on ne se laisse pas faire, et que ce n'est pas avec nous qu'ils pourront se défouler.

Il faut avoir néanmoins le courage dès le départ de mettre les choses au point, mais ce n'est pas facile, une fois que l'engrenage est enclanché, c'est une descente en cascade après.

Tu as tout a fait raison !

_________________
~L'équitation , le seul sport individuel qui se pratique à deux. ღ
~L'air du Paradis est celui qui souffle entre les oreilles du cheval ღ
~Être à cheval, c'est être entre ciel et terre à une hauteur qui n'existe pas ღ
~Le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau ღ
~Il n'y a pas de secrets plus intimes que ceux d'un cavalier à son cheval ღ


Bien plus qu'une passion un mode de vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breizhan
Petit Poulain
Petit Poulain
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/07/2012
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 18:24

Et puis pour les jeunes qui sont plutôt timides, c'est très difficile de répliquer sans avoir la voix qui tremble.

Moi avant, j'étais extrêmement timide, en 6ème par exemple, j'étais capable de ne pas prononer un mot de la matinée, alors forcément les autres se moquaient un peu de moi.

Le problème, c'est que les répliques, on les a toujours une fois que l'incident est terminé, c'est vraiment chiant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolow
Cheval de compétition
avatar

Messages : 1177
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 22
Localisation : Loiret (45)

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 18:56

Pendant que j'étais à table (enfin j'ai mangé devant mon pc) j'en est profité pour lire les plus gros pavé que je n'ai pas pris le temps de lire.
Je comprends tout à fait ce qu'on ressent, c'est triste de savoir qu'il y a autant de personne victime de harcèlement.

Personnellement, au début, je pensais que cela n'arrivait qu'à moi... Mais maintenant que je lis ça, je vois que je ne suis pas seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allo-garde-animaux.e-monsite.com
Hanna_Bevort
Cheval de compétition
avatar

Messages : 3062
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 16
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 18:58

Ça c'est vrai ! Bon moi je suis pas timide , moi je réponds du Tac au Tac j'aime pas que le gens me prennent pour idiote . Et je respecte ce qui ont plus de difficultés pour s'exprimer , et se défendre . Ça ne se fait pas de s'en prendre au plus " faibles" je ne dis pas que vous êtes faibles mais plus timide quoi !

_________________
~L'équitation , le seul sport individuel qui se pratique à deux. ღ
~L'air du Paradis est celui qui souffle entre les oreilles du cheval ღ
~Être à cheval, c'est être entre ciel et terre à une hauteur qui n'existe pas ღ
~Le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau ღ
~Il n'y a pas de secrets plus intimes que ceux d'un cavalier à son cheval ღ


Bien plus qu'une passion un mode de vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breizhan
Petit Poulain
Petit Poulain
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/07/2012
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 19:15

Tu arrivais à lire les plus grands messages sans perdre le fil en mangeant Lowlow? Lol!

Et oui, malhreuseusement, les cas de harcèlements arrivent à bien plus d'élèves qu'on ne le croit.

Hannah-Bevort, toi qui me paraît bien hardie, si tu vois un ou une élève dans ton école qui a l'air seul et triste, tu pourrais aller vers lui et lui parler.

Les élèves qui sont harcelés, ont plus que besoin d'une âme charitable dans cette école de brutes pour les protéger et leur faire reprendre confiance en soi.

Tu pourrais t'en faire une mission, observer les élèves qui selon toi auraient besoin de soutien et aller vers eux. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lolow
Cheval de compétition
avatar

Messages : 1177
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 22
Localisation : Loiret (45)

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 19:20

Breizhan a écrit:
Tu arrivais à lire les plus grands messages sans perdre le fil en mangeant Lowlow? Lol!

Sans aucun souci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allo-garde-animaux.e-monsite.com
DadouWorld
Cheval de compétition
avatar

Messages : 5412
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 19
Localisation : Eure-et-Loir

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 19:54

LangeDeLenfer237 a écrit:
Anais, je ne dirais pas que les soucis que tu as eu sont moindres comparés à d'autres. T'as été trimballée d'école en école, et c'est toujours les mêmes merdes qui revenaient. Et je ne parle même pas de cette tentative de viol. Si ça c'est rien, alors c'est la porte ouverte à tous les excès. Tu en as parlé au moins ? J'aurais carrément porté plainte. Ce gros dégueulasse mérite la prison.

Perso, j'en avais parlé à mes parents. Je leur avais bien interdit d'appeler l'école. Je ne crois pas qu'ils se soient rendus compte de la gravité des choses, je n'avais pas été très explicite. Quand ils se sont aperçus que c'était vraiment terrible, ils ont réagit. Mais le mal était fait. Je crois que ce n'est pas simple pour les parents de voir si c'est du vrai harcèlement ou si c'est deux trois élèves un peu chahuteurs qui se moquent un peu. D'autant plus qu'à l'époque où ça m'est arrivé, on en parlait pas.
Il faut éduquer les enfants. Leur dire très jeunes de ne pas se laisser faire, mais de ne pas non plus embêter les autres. Chacun sa place.

Ah, la fontaine. C'est un de mes plus mauvais souvenirs. Encore une fois, la fille qui m'a poussée était mon amie à ce moment. Je n'ai pas compris. Elle m'a poussée, je suis tombée en essayant de sauver mon sac et de ne pas trop me mouiller et quand je me suis relevée, je les ai vues rire à gorge déployée. Je me suis sentie humiliée, et je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer, alors je me suis sentie encore plus nulle. Ce jour là, je n'ai pas eu le courage d'attendre le bus avec elles à côté. J'habitais loin et j'étais mouillée, mais j'ai préféré rentrer seule, a pied, pour être tranquille.


C'est vrai qu'une tentative de viol n'est pas à prendre à la légère. Mais quand je vois ce qu'il m'est arrivé, et ce qu'ils t'ont fait subir, je vois tout de même une grande nuance. On ne m'a jamais foutu dans une fontaine.
En fait, comme je l'ai dis, la tentative à eu lieu en décembre. Pendant tout ce mois et une partie du mois de janvier, j'ai été exécrable, vraiment invivable pour mes proches.
Puis mi janvier, je me suis décidée à en parler à mes deux amies proches, qui sont aussi mes voisines.
Je leur avais fait promettre de se taire, mais elles ont juger ça trop grave. Elles en ont parler à leurs parents, qui ont appeler les miens. C'est assez humiliant, de voir la tête que tire vos parents quand ils apprennent ça. Ils s’imaginent la scène, ce qui m'a carrément bien rabaisser. Quand on se dit que s'est déjà un truc dégueulasse, le pire c'est quand les autres, surtout les proches, imaginent les gestes répugnants de ce salop.
Du coup, ils ont décidé qu'on allait porter plainte. Je ne voulais pas, car je ne voulais pas gâcher la vie de quelqu'un qui était peut être père de famille, qui avait peut être bu un coup de trop et qui ne maîtrisait pas ses actes à ce moment là.
M'enfin, ils m'ont forcés à porter plainte. Le pire, c'est quand j'ai du tout raconter dans les détails à la gendarme. Quelle honte. Le plus humiliant, c'est quand elle a demandé si ça s'était réellement passer, puisque des tas d'ados racontent des cracks pour qu'on s'intéresse à eux. à ce moment, j'étais hors de moi. Un peu plus, et je me faisais violer, et on ose remettre en question ce que je dis. Comme si j'avais raconté ça pour le plaisir !

Bref, ça s'est enchainer. Mes parents ont voulu porter plainte, mais la gendarme a dit que je n'avais pas donner grand chose de concret. Du coup, si on portait plainte, ça n'allait surement aboutir à rien. Elle a dit qu'il serait préférable d'attendre qu'une autre personne signale le même comportement d'une personne similaire à ma description.

Aujourd'hui, c'est du passé. J'ai tourné la page et je ne me fais plus un sang d'encre à chaque coin de rue.
Par contre, je suis encore dans l'incapacité à donner des détails précis. C'est trois fois trop humiliant de raconter comme un gros pervers vous a toucher.

Olivia, c'est vrai que cet épisode de la fontaine a du être marquant, surtout en se disant que ça venait de ta meilleure amie.
Je ne comprends pas ce qui pousse les gens à faire souffrir les autres. Y'a plus passionnant dans la vie. On remarque tout de même que ceux qui passent leur temps à emmerder les autres sont ceux qui au final, ont une vie de merde, sans direction ni but réel. Ces personnes finiront peut être chômeurs, éboueurs, ou putains peut être.
On ne sait pas. Qu'ils gâchent leur vie m'est totalement égal, mais qu'ils gâchent celles des autres m'est insupportable.
J'aimerai avoir comme certaines d'entre vous le répondant, la gnaque pour les envoyer chier royalement, mais je n'ose pas. En fait, au fond, j'ai trois tonnes de trucs à leur balancer à la gueule, mais ça ne sort pas, ça bouillonne sans s’échapper.

_________________
Reprendre confiance petit à petit  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanna_Bevort
Cheval de compétition
avatar

Messages : 3062
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 16
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 20:05

Vous inquiétez pas dans ma classe il y a quelque personne qui sont plus rejeter mais jamais seul , puis moi J'les trouve sympa des fois alors j'leurs parle et tout ! Après ils sont seuls dans la classe ( ils ont toujours un pote mais pas trois ou quatre ) parce que leurs amis sont dans les autre classes . Et vu que je suis déléguée je suis obligée de faire attention à ça c'est normal . Ce qui vous est arriver est horrible , la seule année où j'ai vécu des humiliations c'était en CE2 vu que le prof m'adorais alors certains était jaloux mais rien de grave comparer a vous .
Anaïs je suis désolée de dire ça mais il ne faut pas ce taire quand il nous arrive une chose pareil après quand on a pas le courage c'est normal vu que c'est humiliant . Mais ça c'est arranger alors tand mieux .
Olivia dans une fontaine , quelle horreur mais ils sont hyper Con ses gens là !!!! Personne ne t'as aider a sortir de la fontaine?

_________________
~L'équitation , le seul sport individuel qui se pratique à deux. ღ
~L'air du Paradis est celui qui souffle entre les oreilles du cheval ღ
~Être à cheval, c'est être entre ciel et terre à une hauteur qui n'existe pas ღ
~Le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau ღ
~Il n'y a pas de secrets plus intimes que ceux d'un cavalier à son cheval ღ


Bien plus qu'une passion un mode de vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mylène40
Cheval de compétition
avatar

Messages : 504
Date d'inscription : 01/01/2013

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 20:09

Quand j'ai lu tous vos pavés, mon visage se décomposai un peu plus à chaque fois. on a beau savoir que ça existe, quand ça arrive à des personnes proches, ça fait mal. moi, c'est une maie qui a fugué un jour à cause de ses parents mais surtout du collège; En plus, c'est ma voisine et la dernière fois que je lui avais parlé, on s'était engueulé. Bref, ce soir là, ma meilleure amie est venue elle aussi. finalement, on l'a retrouvé saine et sauve.
Mais pour en revenir au sujet, en sixième, j'avais perdue ma meilleure amie qui avait déménager et qui était la seule à me donner un peu de confiance. J'étais donc seule, mais pas humilié. Bizarrement, c'est en troisième que je me fais le plus insulté. Sauf qu'aujourd'hui, j'ai confiance en moi et je sais qui je suis. Selon les personnes je réponds ou pas. Si c'est par exemple le groupe de filles immatures (le plus souvent) je ne réponds plus. Au début je répondais, mais voyant qu'elles prenaient ça pour un jeu, sur le coup, je les ai trouvé tellement pathétiques que désormais, je les ignore. Par contre, vu mon petit gabarit, je ne me défends que par la parole qui pour moi est plus devastratrice (je sais pas comment ça s'écrit) que la violence. Lorsque l'on me met le plus en colère, c'est lorsque l'on s'en prends à mes amies (ma meilleure amie est revenue mais c'est désormais elle qui n'a plus confiance en elle). Et puis, elles sont les seules qui sont faux-cu entre elles (et ça se dit amies) et dès qu'une n'est pas là, ça balance dans son dos et dès qu'elle revient, on fait la gentille et elles se prennent pour des grandes alors qu'elles ne sont que des gamines. Je m'entends avec plus de la moitié de la classe car je reste moi même et je ne suis plus timide et j'assume ce que suis (j'aime me maquiller et porter des talons ce qui me vaut le surnom de "diva"). Or, je suis tout sauf une divas, je suis moi, une fille naturelle qui aime ses amies pour ce qu'elles sont, qui est fidèle, qui aime rire et qui se prends pas la tête. Et je ne connais pas beaucoup de divas qui passerai leur après midi à ramasser les crottins en gardant le sourire pour des animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HR
Cheval de compétition


Messages : 4969
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 22
Localisation : ...

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 20:29

Anaïs, je ne suis pas d'accord. Remettons les choses à leur place. Parce que ce que tu me racontes là, c'est le discours d'une personne qui divague. Me jeter dans une fontaine quand j'avais treize ans, c'est une chose, mais on n'a jamais tenté de me violer. Or, c'est bien plus grave. Tu ne veux pas détruire sa vie ? Tu crois qu'il a pensé à ce que tu deviendrais après t'avoir violée ? Avec le traumatisme que ça engendre ? Ce gros dégueulasse ne mérite pas ta compassion. Et dis toi bien que s'il l'a fait une fois, y a des chances pour qu'il recommence. Qu'est-ce que t'en as foutre qu'il ait bu ? Si tous les hommes qui buvaient violaient des femmes, on ne pourrait plus sortir dans la rue. Je peux comprendre (quoi que non, je ne peux pas réellement. Je peux imaginer on va dire) que tu ai honte. Beaucoup de femmes victimes de viol se sentent sales et responsables de ce qui leur arrive. Mais ce n'est pas le cas.
Je ne crois pas que je puisse faire grand chose pour toi dans la position dans laquelle je me trouve. On ne se connaît pas vraiment et tout ça... Mais ce dont je suis sûre, c'est que l'optique dans laquelle tu te trouves n'est pas la bonne. Et quand tu me dis que certes on a tenté de te violer, mais c'est rien comparé à ce que moi j'ai connu, je suis désolée, mais je ne suis pas d'accord.
Je parais peut-être vive dans ce que je dis. Je suis désolée. Je ne veux pas te heurter ni rien. Mais voilà. C'est ce que je pense. Les femmes ne devraient pas à subir ça et ce mec lui, ne devrait pas s'en tirer à si bon compte.


Remarquez comme je suis impliquée dans certaines causes. x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snowbell
Poulain débourré
Poulain débourré
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 11/01/2013
Age : 25

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 21:49

J'approuve totalement Olivia. Cet homme devrait être punit par la loi. En revanche, à plus petite échelle, j'aimerais faire passer quelque chose... J'ai eu ce débat du harcèlement à l'école sur un autre forum, et une fille de 14 ans, victime, disait qu'elle n'aiderait jamais quelqu'un dans sa situation car on ne l'a pas aidé... Voici ce que j'ai pu lui répondre, entre autre mot plus précis sur sa situation que je ne citerais pas.

"Le plus grand problème de ce monde, c'est que personne ne veut s'entre-aider... Et pourquoi personne ne veut s'entre-aider ? Parce que nous sommes tous victime, au moins une fois dans notre vie, de ce genre de violence, de harcèlement de méprise... Et que disent les victimes ? Qu'elles n'aideront pas autrui parce qu'autrui ne les a pas aidé... C'est un cercle vicieu. [...]
Désolée de faire ce hors sujet, mais c'est un message de paix que je lance, un message qui me tient tellement à cœur... Je ne te dis pas ça comme un reproche et certainement pas un jugement non [...]. La haine et la rancune n'aide pas a se construire, au contraire, elle détruit."

Voilà je ne sais pas si vous êtes d'accord avec ce message, mais je tenais a faire passer mon point de vue, au cas où...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breizhan
Petit Poulain
Petit Poulain
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/07/2012
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 21:55

Je pense qu'Anaïs, seule, peut comprendre pourquoi elle a réagit comme cela.

tes amies ont été de vraies amies à mon sens pour en avoir parlé à leurs parents.
Je pense que tu aurais peut-être fait la même chose, si l'une d'entre elle, t'avais fait la même confidence que tu leur a faite.

Et moi-même je l'aurais dit à mes parents. Je comprends que cela n'a pas été facile pour toi d'en parler, de raconter les détails, et te faire traiter de menteuse par la gendarme.

Tu as dû te dire, que tu t'étais dévoilée pour rien, néanmoins, je ne peux m'empêcher de penser que tes amies t'ont sans doute épargné bien des années de souffrance et de solitude avec ce lourd secret qui t'aurait hanté.

Pourquoi dis-tu que tu ne voulais pas causer de tord à ce monsieur qui a tenté d'abuser de toi?
Il faut poser des questions à la personne concernée avant de lui dire comment réagir ou penser.

Cette situation a déjà été très difficile pour toi à assumer, alors la moindre des choses, c'est de ne pas te brusquer, mais au contraire de te laisser t'exprimer en toute tranquillité d'esprit.

N'aie pas peur de t'attirer de mauvaises réactions (qui sont pourtant légitimes pour quelqu'un d'extérieur à cet évènement), au contraire, j'ai crée ce topic, pour que des jeunes filles comme toi puissent s'exprimer sans se faire juger, et avoir des conseils et des suggestions de notre part.

Olivia, je ne dit pas que tu l'a jugeais quand tu lui disait ton sentiment sur sa situation, ne t'en fais pas. Smile

Mais voilà, nous pouvons simplement t'aiguiller, où donner notre ressenti sur chacune des situations que nous avons nous-même vécues.

C'est bien en tout cas que tu ai pu te confier sur ce qui t'es arrivé. Continue Anaïs!

Snowbell, je t'approuve complètement sur ce que tu viens de dire.
Si les victimes ne s'entraidaient pas entre elles, il y aurait encore moins d'humanité dans le monde.

Il ne faut pas punir les victimes que l'on peut être amené à rencontrer, sous prétexte que personne ne nous a aidé quand nous en avions besoin.

Les victimes que nous avons sous les yeux, n'y sont pour rien dans notre situation vécue, alors si nous avons vécu la même chose que ces personnes, je pense que la moindre des choses c'est de les aider.

Heureusement, il y a quand même des personnes qui ont été elles-mêmes victimes et qui en retour ont dédié leur vie à aider d'autres personnes dans le même cas, il suffit de voir toutes les assciations qui se créent autour de divers problèmes douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yayayoyo
Cheval de compétition
avatar

Messages : 2777
Date d'inscription : 03/09/2012
Age : 39
Localisation : Midi-Pyrénées

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Dim 20 Jan 2013 - 22:26

Ça me fait froid dans le dos de vous lire... je ne pensais pas que l'on puisse vivre ça à l'école. Je ne l'ai pas connu car j'ai été scolarisée à la maison, je l'ai connu un peu dans le milieu du sport de haut niveau, mais rien de comparable.

Je suis maintenant de l'autre côté, maman d'un garçon qui a fait sa rentrée au CP cette année. Je sais qu'il risque fort d'avoir quelques soucis dans quelques années, car il prend la voie pour être premier de la classe, et c'est souvent mal vu par les autres. Malheureusement, je crois que je fais bien de commencer déjà à lui expliquer comment réagir face à ça, au niveau mental, mais aussi au niveau physique. Pas évident quant on a essayer de leur inculquer depuis petit que la violence n’est pas une réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mylène40
Cheval de compétition
avatar

Messages : 504
Date d'inscription : 01/01/2013

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 10:48

je pense aussi que l'on a pas besoin de l'aide des autres pour aider à notre tour et que l'on reçoit bien plus que l'on donne. Je n'ai rien de plus à rajouter, les autres ont tout dit et je ne suis pas très doué pour parler derrière un écran. Mais pour en revenir au problème de premier de la classe, je n'ai jamais connu ça. Un exemple : dans ma classe, il y a une fille qui a entre 18 et 19 de moyenne général et personne ne l'a jamais insulté ou rabaisser, parce que même qui un moment elle se laisser faire, aujourd'hui elle se défends, donc je pense que si les autres voyent que le premier de la classe a du mal à s'affirmer, alors pourquoi pas l'embêter (pour rester polie). De toute façon, c'est toujours le même schéma : les plus fort embêtent les plus faibles. Pour en revenir à ton agression Anaïs, je suis d'accord avec les autres. Il y a n proverbe qui dit "trop bon, trop c*n". je sais que sur le moment, ça doit être très dur à supporter moralement et surtout à comprendre. Il faut certainement parfois plusieurs années avant de se rendre compte que ce n'est pas de notre faute. Certes, nous pouvons tous faire des erreurs mais tu ne sais pas si pour cet homme c'était juste une erreur ou une habitude et même si c'était une erreur, c'était déjà l'erreur de trop. C'est compliqué à comprendre, mais même lorsqu'on fait des erreurs, on est conscient de nos actes et cet homme aurait du comprendre avant même de le faire que c'est un acte horrible dont tu es seulement la victime. Et pourquoi devrait-on te juger sur ça. comme je l'ai dit, tu es une victime, et si les autres ne le comprennent pas, alors ça veut dire qu'ils ont intérêt à vite grandir dans leur tête. Je ne sais pas si j'ai réussi à me faire bien comprendre, en éspérant t'avoir aider même un peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DadouWorld
Cheval de compétition
avatar

Messages : 5412
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 19
Localisation : Eure-et-Loir

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 11:17

Merci de vos réponses et encouragements les filles.

En fait, cet homme m'a gâché la vie pendant un moment. Certes, je lui en veux, et si j'avais la possibilité de le revoir, la première chose que je ferais, c'est lui foutre un bon coup de pied dans les parties, comme j'avais fait pour sauver ma peau de ses mains dégueulasses.
Mais je ne voudrais pas gâcher sa vie. S'il a une femme, des enfants, comment réagiraient-ils ? Car gâcher la vie de ce gros porc équivaut à gâcher celle de ses proches. Et ceux-ci ne peuvent pas gérer les actes de ce gros con.
Ses actes m'ont fait du mal, alors pourquoi en faire encore plus ? Mon but n'est pas de faire du mal aux gens autour de lui, mais juste à lui. Et je préfère m'attaquer à ce qu'un con de mec tient le plus, ses cacahuètes.
C'est une vengeance futile, mais qui pour lui sera des plus désagréables.
Au fond, ça ne me dérangerait pas plus que ça qu'il soit au fond d'un ravin en train de se faire bouffer par les asticots.

Après, j'avoue que le fait de ne pas vouloir le faire punir par la justice peut paraître égoïste. On m'a dit plusieurs fois qu'il pourrait récidiver sur d'autres jeunes filles. Et pour être franche, sur le coup, je me suis dis ''C'est pas cool pour les autres, mais pour une fois j'ai le droit de penser à moi. Si je le dénonce, peut être que d'autres seront épargnées, mais moi j'aurai gâcher la vie d'autres personnes."

C'est vrai que si j'avais été un peu plus fut-fut, je ne me serais pas soucier de ses proches, qui peut être, n'existent même pas.
Mais j'ai toujours voulu tendre la main à ceux qui ne le méritaient pas forcément aux yeux des autres. Pourtant, tout le monde mérite de l'aide.

M'enfin, je sais que ce que je dis peut paraître vague à certaines, mais c'est bien ce que je ressens.

Après, pour en revenir sur le fait que je ne veuille pas donner de détails, c'est pas par peur d'être jugée. C'est juste que je trouve ça dégoutant de raconter comment quelqu'un aurait pu me toucher. Je ne devrais pas, mais forcément, j'en ai honte.
En plus de ça, je suis pudique comme jamais. Je n'ai pas peur de vos jugements, parce que je sais que vous ne me jugerez pas. Et si jamais quelqu'un se le permet, ça ne m'affectera pas parce que je me dis que cette personne ne l'a jamais vécu, donc elle ne peut savoir. J'ai juste honte de vous détailler les actes d'un gros porc pervers.

yayayoyo, mieux vaut prévenir que guérir.
Ton petit est dans la bonne voie. S'il apprend, s'il travaille, il ne peut qu'être un bon garçon. Que se serait regrettable que des salopions viennent le pourrir.
Je pense que ce sujet est justement bien pour sensibiliser les adultes, qui ne sont pas forcément au courant de ce qu'il se passe réellement lorsqu'ils ont le dos tourner.
Le fait d'avoir nos témoignages, de nous toutes aillant subit des horreurs, peut aider les autres à éviter que leurs enfants tombent dans ce cercle vicieux.
Je trouve ça génial que tu préviennent ton enfant que ça ne sera pas forcément facile, que tu lui expliques quoi faire si on l'embête. Car si les gamins voient qu'il se défend des le début, ils lui foutront la paix. S'il répond pas, le pauvre est fichu.

_________________
Reprendre confiance petit à petit  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mylène40
Cheval de compétition
avatar

Messages : 504
Date d'inscription : 01/01/2013

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 11:34

je comprends ton point est je trouve cela honorable de ta part. Peu de personne pense comme toi, mais je pense que cet homme à détruit la vie de ses proches rien qu'en essayant de te violer. Je pense que c'est à ses proches de savoir si oui, ils peuvent continuer avec ça sur la conscience ou refaire leur vie sans cet homme monstrueux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DadouWorld
Cheval de compétition
avatar

Messages : 5412
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 19
Localisation : Eure-et-Loir

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 11:43

Effectivement, ses proches doivent eux aussi décider s'ils doivent rester avec lui ou non. Mais peut-être ne le savent-ils même pas.

Puis, si un jour j'apprenais que mon père avait voulu violer quelqu'un, sur le coup, il m'aurait dégouter, mais ça resterait mon père.
Bien sûr, jamais je ne le verrais de la même façon et à chaque jour je me dirais que s'est un gros dégueulasse qui a voulu violer une fille. Mais je n'ai pas non plus envie de le voir moisir en prison.

Donc je pense que c'est super dur de décider de virer un proche de notre vie, malgré des actes plus que répugnants

_________________
Reprendre confiance petit à petit  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Breizhan
Petit Poulain
Petit Poulain
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 06/07/2012
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 16:13

Dis-moi Anaïs, cet homme qui t'a agressé, d'où sort-il?

Le connaissait-tu de vue avant ta rencontre avec lui?
Comment t'a-t-il abordé et où?

J'espère qu'il ne recommencera pas son acte sur une autre jeune fille du coup.
Mais si par malheur cela se reproduit, il faudrait absolument qu'il soit dénoncé une bonne fois pour toute, et tant pis ensuite pour sa famille s'il en a une.

Il faut avant tout se protéger soit, avant de protéger les autres, surtout face à des cas aussi graves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DadouWorld
Cheval de compétition
avatar

Messages : 5412
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 19
Localisation : Eure-et-Loir

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 16:47

Breizhan a écrit:
Dis-moi Anaïs, cet homme qui t'a agressé, d'où sort-il?

Le connaissait-tu de vue avant ta rencontre avec lui?
Comment t'a-t-il abordé et où?

J'espère qu'il ne recommencera pas son acte sur une autre jeune fille du coup.
Mais si par malheur cela se reproduit, il faudrait absolument qu'il soit dénoncé une bonne fois pour toute, et tant pis ensuite pour sa famille s'il en a une.

Il faut avant tout se protéger soit, avant de protéger les autres, surtout face à des cas aussi graves.

Je ne sais pas qui il est. Je ne l'avais jamais vu.
De ce que je me souviens, s'était un homme d'environ 50 ans, crâne dégarni, pas la peau sur les os.
J'étais vers le pré des chevaux pas loin de la maison. Il était avec sa bagnole bleu et s'est arrêté pour demander son chemin. Un grand classique quoi.
De toute façon, les gendarmes n'ont jamais donné de nouvelles, donc je suppose qu'il n'a pas refait de tentatives. M'enfin, je l'espère en tout cas.

_________________
Reprendre confiance petit à petit  I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 17:08

DadouWorld a écrit:
Olivia, Je suis bouche-bée devant ces récits. Bien sûr, je savais déjà que tu n'as pas eu une scolarité facile, mais à chaque fois que je lis tes aventures, si on on peut appeler ça ainsi, je suis secouée.
Vraiment, je me demande dans quel monde on vit.
Personnellement, j'en ai eu aussi, des mésaventures. Aujourd'hui, je peux en parler facilement, même s'il y a toujours cette douleur au fond.

En maternelle, tout allait bien. Je jouais avec mes copines, j'étais pas une gamine compliquée.
Puis on a déménager à Boisville la St père, trou pommé d'Eure et loir.
Là bas, j'ai fait toute ma primaire.
Donc quand j'étais en CP, mon frère était en CM2. On a donc eu une année dans la même école.
J'avais de gros problèmes d'intégration, mais lui ne s'en sortais pas mieux.

Histoire d'établir les bases, j'étais une gamine qui adorait jouer. Mais une fois que je suis rentrée dans cette foutue primaire, j'ai perdu toute la confiance que j'ai pu avoir, et je ne l'ai jamais regagnée.
J'avais des copines, mais je me faisais malmener pas les autres. Au début, ce n'étais rien de méchant. On me regardait de haut, on me bousculait. Mais avec les années, ça empirait. On me tirait les cheveux, on me faisait des croches-pied. Y'a des filles qui s'éclataient à faire des chansons rabaissantes sur moi.
Disons qu'en primaire, c'était vraiment la période où tout les jours, j'avais le droit à une petite couille pour me souvenir que je n'étais rien, que je n'étais pas apprécier. Donc à cette période, j'ai perdu toute confiance.

Mon frère, lui, s'était fait raquetté. Et une fois, il s'est fait tabassé dans les toilettes, quelques heures après m'avoir défendu d'un putain de gros con de merde qui me faisait chier.
ça, je ne l'ai appris que l'année dernière, chez mon psy. ça m'a foutu hors de moi, j'ai pêté un câble.

M'enfin, ça s'est hors-sujet.
Au collège, j'ai les souvenirs les plus noirs de ma scolarité, surtout pour la 6ème et la 5ème.

Donc en 6ème, je vais au collège où tout le monde va, donc je me retrouve avec les chtarbés de primaire...
A partir de la rentrée, toutes mes copines de primaires se sont mises à me snober, et sont partis voir ailleurs. Je me suis retrouvée toute seule, sans amis. Puis y avait une fille, Christine, une portugaise, qu'est venue vers moi.
Elle était extra, et s'est vite devenue ma meilleure amie.
Pour moi, cette fille était une bouée de sauvetage. Sans elle, j'aurai coulé. A cause de mon manque de confiance, des que je suis seule et qu'il y a une foule autour de moi, je panique. J'ai l'impression que tout le monde me regarde, se moque de moi. Du coup, le fait que Christine vienne vers moi me sauve, puisque je ne suis plus seule, je n'ai pas à avoir peur des autres.
Sauf qu'elle était externe et ne mangeait pas au self. Donc tout les midis, je mangeais seule, et j'étais terrifiée d'être entourée. Dans la queue d'attente, des filles critiquaient mes fringues, d'autres me bousculaient et passaient devant moi, ce qui fait que j'étais dernière de la file, et parfois n'avait pas le temps de manger.
C'est à partir de ma sixième donc, que j'ai trouvé une technique pour ne pas avoir peur, m'isoler et ne pas être dans ce foutu collège. Je simulais. A chaque fois que j'avais peur d'aller en cours, je simulais pour rester à la maison.
J'essayais surtout de louper les cours de lundi et le jeudi, parce que j'avais sport. Mon prof était un connard intersidéral. Il se foutait de moi, me faisait faire courir deux tours de plus que les autres parce que apparemment, je m'arrêtais et je marchais... Le pire, s'était pour la natation. Comme je n'ai pas confiance en moi, je ne voulais pas me mettre en maillot de bain. Pour moi, s'était vraiment la pire chose. Me foutre presque à poil devant ma classe, s'était m'anéantir.
Sauf qu'un jour, ce salop m'a foutu dans l'eau, toute habillée. Et moi, je n'avais pas de fringues de rechanges...
Et bien sûr, personne n'a voulu me prêter quoi que se soit pour que je me change. Alors je suis restée avec mes fringues trempée.
Heureusement, j'ai déménagé. J'ai coupé les ponts avec Christine, puisque j'ai appris qu'elle racontait des conneries sur moi et se foutait de moi des que j'avais le dos tourné..

M'enfin, je vais abregé un peu, sinon j'en ai encore pour 3 heures. Donc je déménage et arrive dans un nouveau collège où je fais ma cinquième. Là bas, le calvaire s'était dans le bus. J'étais dans un car assez rempli. Il n'y avait jamais de double siège de libre, et les seules places où je pouvais m'assoir, ben on ne voulait pas que j'y aille.
Du coup je restais debout, où me casais dans les marches des portes qui s'ouvrent.
Je me faisais insulter, toutes les filles se moquaient de moi. J'avais le droit à tout. T'es moche, t'es grosse, tu sers à rien, ta mère la pute, SDF, sale chienne... Et j'en passe.
Après, il y avait le collège en lui même. J'avais deux amies, une petite ronde et une fine qui avait un physique spéciale. Elles n'étaient pas appréciées, et comme j'étais avec elles, je ne l'étais pas non plus.
Les filles de ma classe, comme toujours, se moquaient de mon physique et de mon look.

La quatrième, encore un déménagement, encore un nouveau collège.
C'était les moqueries banales, mais plus modérées que les autres collèges. Ce qui a tout changer, c'est une agression.
Décembre dernier, j'étais aller les voir les chevaux pas loin de la maison. J'ai pas du tout envie d'entrer dans les détails, mais j'ai eu droit à une tentative de viol.
Une de mes amies, ex amie, lorsque je lui ai raconter, s'est éclater à le dire aux 3/4 du collège. Durant toute l'année, j'ai eu le droit aux moqueries et remarques sur ce sujet. Y'en a même un qui m'a lancé ''ça fait chier que le mec t'es raté''. Lorsque vous entendez ça, vous vous remettez sérieusement en question, et le peu de ce que vous êtes est anéanti.

Cette année, ça va mieux. Ma classe est sympa, les mecs aussi. Bon, toujours quelques remarques de certains, mais c'est le bonheur par rapport aux autres années.

Je ne suis pas rentrée dans les détails. Je sais bien que mes soucis scolaires ne sont rien par rapport à d'autres, mais qu'est ce que ça peut faire mal.
Depuis, je n'ai jamais eu de confiance, je n'ai jamais oser répondre aux autres. Pourtant, qu'est ce que j'ai un caractère de merde. Je suis une tête de mule, et quand je le veux, je peux peter mon cable. Mais au collège, je ne peux pas, ils m'ont trop détruite.

Tout ça pour témoigner que ce qu'on nous fait subir ne devrait pas avoir lieu d'être. Personne dans sa vie ne devrait subir ça. Ceux qui ne l'ont pas vécus ne peuvent comprendre la douleur que ça inflige, et je suis révoltée contre ces pauvres merdes qui osent infliger ça aux plus timides, aux plus démunis. Je suis surtout scandalisée devant l'incompétence des adultes. Si seulement ils se souciaient de nous, et pas de leur misérable salaire !
Car avec un peu plus d'action, on éviterait pas mal de suicides
Ok, ok les amies je m'incruste et en plus j'arrive 3 plombes en retard (comme d'hab' quoi lol! )...
Nan mais j'ai survolé et j'ai vu ton message Anaïs (yes, j'ai encore réussi, ahahaha!), alors là ma pauvre t'as vécu des horreurs pas possibles, j'arrive pas à y croire moi j'adopte le même comportement que toi au collège (je me fait toute toute petite...) mais mes raisons c'est vraiment de la m**** (excusez vulgarité) par rapport au tiennes. On t'as vraiment fait des crasses pas croyables... Déjà moi je suis sûre que tu t'habille avec classe, nah !
Revenir en haut Aller en bas
lolow
Cheval de compétition
avatar

Messages : 1177
Date d'inscription : 14/08/2012
Age : 22
Localisation : Loiret (45)

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 17:22

Quand j'ai lu tout ça je me suis dis qu'il se passe beaucoup plus de truc qu'en vrai. Au info on parle de la guerre au mali, on parle des otages en algérie, on parle de la bourse et des puits de pétrole, ou des rares disparitions d'enfant ou d'adolescent (mais ça c'est par période, serait-ce pour faire peur au gens de temps en temps ? leur rappeler que le monde extérieur reste potentiellement dangereux).

Mais est-ce que une fois, vous avez entendu Jean Pierre Pernaud vous parler de harcèlement scolaire, ou n'impote qu'elle genre de harcèleement, ou de violence psychologique ? Non il prefère nous parler de ses régions à la con...

C'est un sujet qu'on entend peu parler à la télé et pourtant, il y a un nombre important d'enfant, qui comme ça , souffre de violence psychologique. Je fais moi même parti de ses enfants, et même plus grand car, OUI, rappelons le, je suis tout de même en Terminale.

Moi mes emmerdes ont commencé au collège, moment ou les adolescents sont les plus moqueurs, ou ils ne se rendent pas forcément compte de ce qu'ils font/disent, pour eux, ce ne sont que des jeux. ça à commencer en début de 4ème, puis sa à perdurer jusqu'en seconde, ou je mettais refait quelques potes, mais les conseillères d'orientation m'ayant pourrit mon orientation, je me suis retrouvé dans une filière économique après avoir pris des options en seconde scientifiques, j'avais donc perdu mes potes scientifiques parti en S, et là, mes soucis ont recommencé, et les vieilles histoires sont ressortis....
Et depuis cela continue même si récemment, ça c'est calmé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allo-garde-animaux.e-monsite.com
Hanna_Bevort
Cheval de compétition
avatar

Messages : 3062
Date d'inscription : 21/11/2012
Age : 16
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 17:25

Anaïs es tu bien ton ton collège ? Tu vas mieux , tu te sens plus intégrer ?

_________________
~L'équitation , le seul sport individuel qui se pratique à deux. ღ
~L'air du Paradis est celui qui souffle entre les oreilles du cheval ღ
~Être à cheval, c'est être entre ciel et terre à une hauteur qui n'existe pas ღ
~Le cheval est pour l'homme comme les ailes pour l'oiseau ღ
~Il n'y a pas de secrets plus intimes que ceux d'un cavalier à son cheval ღ


Bien plus qu'une passion un mode de vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HR
Cheval de compétition


Messages : 4969
Date d'inscription : 21/03/2012
Age : 22
Localisation : ...

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 18:12

Oui, bon alors je tiens quand même à dire que je n'ai pas posté mon dernier message pour dire aux autres quoi penser. En me relisant, je me rends compte que j'ai effectivement été un peu vive. C'est parce que des causes comme celle là me révoltent totalement. Mais je tiens à préciser que ce que je disais n'engage que moi et que je peux comprendre la position d'Anaïs. Encore une fois, je ne voulais influencer la façon de penser de personne. Je suis une personne assez engagée qui a l'habitude de mener des débats un peu houleux. Donc si je parais un peu rude, sache, Anaïs, que ce n'est pas du tout parce que je veux que tu penses telle ou telle chose ou que je te juge. Bien au contraire. Je donnais mon avis, même si je n'ai pas forcément été des plus délicates.

Pour compléter ce que je disais et réagir aux autres commentaires, je pense aussi que chacun mérite d'être heureux dans sa vie. Chacun à une façon différente des autres d'être bien dans sa peau. Je conçois donc tout à fait que les autres ne réagissent pas comme moi. Ne me prenez pas pour une personne intolérante. Ce n'est pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adenine
Cheval de compétition
avatar

Messages : 2372
Date d'inscription : 20/12/2012
Age : 20
Localisation : Au pays du bonheur

MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   Lun 21 Jan 2013 - 18:26

Il y a plus de choses pas facile à vivre par ici dis donc ... Neutral

J'ai vécu aussi des choses pas faciles mais j'ai l'impression dans garder moins de séquelles que vous, courage les filles!

En sixième ça a commencer on m'a volé les clés de casier, on me laisser seule dans la cour. Puis il y a eu une histoire à la piscine avec un mec totament dératé (qui prennait des photos des filles par dessous les cabines), on était en section natation et comme on a été plusieurs filles touchées, on m'a pas trop trop emmerdée avec ça.
Par dessus j'avais déjà un an d'avance donc c'était régulièrement de l'exclusion par rapport à mon âge.
Puis on m'a détecté une maladie orpheline : un mois de plâtre et ensuite fauteuil roulant donc je n'allait pas au collège.
J'ai été descolarisé pendant six mois (toute la fin de la sixième). J'ai fait ma rentrer toujours en fauteuil dans un autre collège, donc je cumulais jeune âge, fauteuil, béquille, look pas terrible et surpoids. J'avais des "meilleurs amies" qui était les seules a ne pas m'exclure. Seulement en décembre j'ai sauter une seconde classe la elle ne m'ont plus parlé, elles m'ont exclues, traitée de tout les noms. Heureusement je reprenais peu à peu en autonomie (j'étais en béquille) donc j'ai pu me débrouiller seule une semaine ou deux. J'étais pas intégrée dans ma nouvelle classe mais à force, on s'y fait.
En troisième idem.

En seconde la je partait d'un nouveau pied. J'avais maigri, je remarchait à plein temps. J'était plutôt pas mal intégrée dans ma classe. Après je le suis embrouillée avec les filles avec qui je traînais. Toujours sur le fond de mon âge.
En première clairement ça s'est bien passé. Pas de souci majeurs.
Et en terminale, c'est cool Smile

Donc j'ai vécu une vraie transformation comme quoi tout est possible Smile

Après mon lycée est BCBG donc soit tu rentres dans le moule soit tu es stigmatisé. Donc le choix est assez vite fait. Après je suis assez excentrique (vois aiguë et tout je suis grande gueule en fait mais ca c,est depuis l'annee dernière !)
Le truc qui me pèse le plus, c'est le célibat, jamais aucun gars ne m'aborde et je suis persuadée que c'est l'âge qui bloque. Parce que quand les mecs ne sont pas au courant (voire qu'ils me considèrent comme plus âgée car je ne fait pas mon âge) ils sont avenants et après plus rien ! Et quand c'est pas l'âge c'est la soit disant "intelligence"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Harcèlement scolaire, et si on en parlait?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Harcèlement scolaire, et si on en parlait?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» orientation scolaire.. Aeronautique apres du Social ?
» Bulletin scolaire
» Ache Line - Rentrée scolaire d'une IC - Fin de la P.7
» Rentrée scolaire
» Direct Scolaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Cheval :: Espace détente :: Discussion :: Espace bavardage :D-
Sauter vers: